FOCUS SUR LA PLAYLIST – l'interview d'Alligator

FOCUS SUR LA PLAYLIST – l'interview d'Alligator

26 septembre 2017

Artistes en floraison - Chaque mois, Radio Néo vous propose de découvrir les nouvelles entrées en playlist. En septembre, le duo Alligator (Camille et Alexis) avec le titre « Rafale » est mis à l'honneur.

Quel est votre parcours personnel à tous les deux et comment le projet Alligator est-il né ?

Alexis : On s'est rencontré quand je suis arrivé à Paris il y a trois ou quatre ans. On avait monté un groupe de musique rock à plusieurs, Camille était la chanteuse. Mais ça ne s'est pas super bien passé dans le groupe. On n'arrivait pas vraiment à composer de morceaux.
Camille : Chacun venait avec son style musical mais on ne s'entendait pas. Et puis on s'est retrouvé à deux et on s'y est mis à fond. On répétait dans une salle, c'était bien plus productif.
Alexis : A la suite de quelques répétitions, Alligator est né en août 2016. Ensuite, on a mis nos musiques en ligne sur SoundCloud.

D'où vient le nom du groupe « Alligator » ?


Camille : On avait un peu de mal à trouver, alors j'ai traîné pendant des jours et des jours sur des sites d'anagrammes. J'ai essayé mon prénom, celui d'Alexis, nos noms de famille. Finalement, avec nos deux noms de famille cela faisait « alligator » et « octets ». On a décidé de garder « Alligator » pour le nom de groupe et « Octets » pour le nom de l'album.

Quelles sont vos influences musicales qui forgent la particularité de votre groupe ?


Camille : Je pense qu'il y a une différence entre ce que l'on joue et ce que l'on écoute. Cependant, les années 80 sont une référence musicale évidente. Personnellement, je suis une grande fan de Daho !
Alexis : On essaie de modeler notre propre style musical. Pour ma part, j'ai des influences musicales plutôt anglo-saxonnes. Comme nous avons convenu d'écrire nos paroles en français, Alligator est une expérience musicale toute nouvelle pour moi.

Parvenez-vous à vivre de votre musique ou avez-vous un travail à côté ?

Camille : Non, pas du tout ! Moi je suis architecte, et Alexis est médecin. Nous n'avons pas l'intention d'abandonner notre métier. J'aime ce que je fais. Cependant, on aimerait consacrer plus de temps à notre groupe.

Alligator pochette C

Comment se sont déroulés la composition et l'enregistrement de votre album « Octets » sorti en décembre 2016 ?

Alexis : On n'a pas été produit, c'est un album entièrement fait maison et enregistré dans un appartement du 19ème arrondissement de Paris !
Camille : Après la sortie de « Octets », on nous a conseillé des logiciels pour remastériser quelques morceaux. Quand on a mis en ligne nos musiques sur SoundCloud il y a un an, on savait qu'elles n'étaient pas parfaites. Mais pour l'instant nous ne souhaitons pas les réenregistrer. Le premier jet nous plaît, c'est le fruit de notre travail !
Alexis : Notre album est disponible sur la Souterraine et on aura bientôt un CD au mois de septembre.

Vous avez joué aux Trois Baudets le 19 septembre. Cette salle possède une riche histoire musicale (Brassens, Brel, Gainsbourg et bien d'autres y ont joué). Qu'est-ce qu'elle représente pour vous ?

Camille : Je n'y étais jamais venue. J'ai été ravie et un peu stressée de jouer dans cette salle historique.
Alexis : Je suis venu une fois pour assister au concert de Jaune, le batteur de Frànçois and The Atlas Mountain. La salle est intimiste et se prête bien à notre groupe. On s'y sent bien.
Camille : C'était vraiment super de jouer aux Trois Baudets. La taille de la salle, la pénombre et le fait que les spectateurs soient assis nous ont complètement mis dans une atmosphère intimiste, limite théâtrale et nous avons joué comme à la maison, en oubliant presque le public. C'était une très belle expérience et nous espérons avoir la chance d'y rejouer un jour.

Vous avez joué à l'Aéroport d'Orly fin août. Comment avez-vous été contactés et comment le concert s'est-il déroulé dans ce lieu atypique ?

Camille : C'était à l'occasion du concours Gate Up avec les Inrocks et l'Aéroport d'Orly. Alexis nous a inscrit (le jour de la fermeture des inscriptions...). On a été sélectionné et 15 groupes ont joué. Habituellement, les gens arrivent très tôt à l'aéroport, alors ils prennent le temps de s'arrêter. De plus, on jouait pendant des sessions de 20 minutes suivies de 20 minutes de pause. Le format du concert était idéal pour ce lieu.

2017_07_02_ALLIGATOR_ALR_PORTRA_160_N-
(Crédits photo Anaelle Le Roy)

Avez-vous d'autres concerts de prévus et des projets pour la suite ?

Camille : Le 14 octobre on retourne à l'Aéroport d'Orly pour un concert car nous sommes dans le top 5 du concours.
Alexis : Le 25 octobre on va jouer au Motel x Bar à Bastille.
Camille : On a aussi réalisé une nouvelle chanson qui sortira bientôt. On en a d'autres en préparation. Et puis on finalise un clip que l'on a tourné cet été.

Le titre « Rafale » fait partie des nouvelles entrées en playlist de ce mois-ci. Comment a-t-il été composé et quelle est sa signification ? Quel lien le clip entretient-il avec la chanson ?

Camille : On a écrit les paroles tous les deux en essayant de mixer plusieurs choses. Il y a plusieurs interprétations possibles, même si je dois avouer que les paroles, à un moment, rejoignaient un peu la cause animale. J'ai réalisé le clip (des tableaux en 3D) sur SketchUp, un logiciel de création d'images 3D. Ce n'est pas une idée que j'ai eu avec la chanson mais l'art est sujet à tout type d'interprétation et la mise en 3D en suggère une parmi une infinité. Le clip collait bien au rythme de « Rafale ». On ne voyait pas d'autres clips possibles pour ce titre.

Par Laura Barbaray