FOCUS SUR LA PLAYLIST – l'interview d'EX-ILE

FOCUS SUR LA PLAYLIST – l'interview d'EX-ILE

25 octobre 2017

Artistes en floraison - Chaque mois, Radio Néo vous propose de découvrir les nouvelles entrées en playlist. En octobre, le jeune duo EX-ILE (Léo et Tarik) de Noisy-le-Sec (93) avec le titre « J'attends la chance » est mis à l'honneur.

Vous êtes deux jeunes artistes de 22 ans (Léo) et 23 ans (Tarik). Poursuivez-vous des études supérieures ou bien vous consacrez-vous entièrement à la musique ?

Tarik : Pour ma part, je viens de finir mes études il y a peu de temps. J'étais à l'école d'urbanisme de Paris, qui appartient à l'université de Marne-la-Vallée.

Léo : J'ai fait des études en communication, mais ça ne m'a pas plu. Pour l'instant, je ne poursuis pas un cursus universitaire. Mais je n’exclus pas l'idée de reprendre les études ! On aimerait se laisser un an pour nous consacrer à nos projets musicaux. On verra où cela nous mènera.

On vous connaissait l'an dernier sous le nom de « Hermès Baby ». Pourquoi avoir changé le nom de votre groupe par EX-ILE ? Comment ce projet est-il né ?

Tarik : On a eu un différend avec la marque, qui nous a envoyé un courrier nous demandant de changer le nom du groupe. « EX-ILE » est synonyme d'échappatoire. C'est par la musique et par les textes que l'on peut s'échapper de notre quotidien. On sort de notre banlieue, de notre isolement. Et puis l'an dernier on a véritablement enrichit notre projet, nos musiques. Alors changer de nom permettait aussi une renaissance du groupe.

Léo : Cela fait sept ans que l'on joue de la musique ensemble, mais depuis deux ans on a monté plus concrètement le duo pour écrire les textes, composer des musiques et réaliser des clips. Notre projet s'étend sur cette longue période : de l'apprentissage de la musique il y a sept ans jusqu'à maintenant où l'on est plus dans la recherche musicale et dans la composition.

Quels sont les artistes qui ont influencé votre musique ? Comment pourriez-vous définir votre style musical ?

Léo : Je pense que le groupe qui nous a mis une claque et qui nous appris à composer, à penser la musique, c'est Phoenix, un groupe électro/rock français. On a regardé des quantités de documentaires sur Arte à propos de la composition de leur album. Ça nous a totalement inspiré. Et puis nos amis écoutent plein de choses différentes, alors on absorbe tout ce que l'on peut !

Tarik : Dernièrement, parmi les artistes qui nous ont inspiré il y a Frank Ocean, un compositeur-interprète américain qui mixe des mélodies très différentes, ainsi que Tyler The Creator, un artiste américain hip-hop. On aime être à la synthèse d'une culture musicale qui brasse rap, pop, électro... On a des influences, mais on ne se revendique pas d'un seul style musical en particulier.

Votre premier EP « Direction Est » est sorti le 20 octobre. Comment s'est déroulée cette toute première expérience et de quoi parle votre EP ?

Tarik : C'est une expérience qui s'étale sur deux ans. On a d'abord enregistré des morceaux chez nous, au fur et à mesure de nos compositions.

Léo : Et puis, on a rencontré la maison de production GUM à qui on a proposé notre EP. On est ensuite passé en studio avec Bastien Dorémus, notre producteur musical (l'un des musiciens de Christine And The Queens).

Tarik : Bastien nous a aidé à voir plus loin, à apporter de la fraîcheur dans ce que nous avions déjà enregistré. On a revu les arrangements et retravaillé avec du matériel plus élaboré. Léo : On a eu la chance de travailler avec des musiciens géniaux tout en gardant notre propre originalité musicale.

Tarik : En ce qui concerne la signification de l'EP, dans nos textes on raconte ce que l'on vit, on reste proche de notre quotidien. Finalement, on interroge notre identité. On vient de banlieue, mais on est constamment attiré par Paris...

Léo : On considère l'EP comme une boucle : les textes évoquent un gars qui rentre dans sa banlieue à l'aube d'une soirée parisienne. La journée, il a des hauts et des bas, des espoirs et des désillusions. Et puis sa routine recommence.

Tarik : Les titres forment aussi une boucle. On commence par le titre « Direction Est » et se termine par « A l'Est rien de nouveau ». On revient toujours sur notre point de départ.

files/media_file_395.jpeg
(©Juan Clemente)

Le titre « J'attends la chance » fait partie des entrées en playlist ce mois-ci. Comment a-t-il été composé et quelle pourrait être sa signification ?

Léo : C'est un morceau très important pour nous. Il est venu à nous presque par hasard. J'ai commencé par enregistrer un son au clavier, juste pour tester. J'ai posé ma voix sur le morceau sans vraiment réfléchir. Et Tarik a écrit un texte de dingue (j'ai été surpris !).

Tarik : Cette expérience nous a marqué : c'était la première fois que l'on composait une musique qui nous ressemblait réellement. Des textes simples, une musique simple. Quand on l'a présenté à la première démo, on appréhendait, on allait livrer une part de nous-même... Le titre et les paroles rappellent notre situation à l'époque. J'attends la chance, mais en même temps je peux et je vais la provoquer car personne ne va me la donner. C'est ce qui caractérise la jeunesse banlieusarde.

Le clip, en noir et blanc, suit votre escapade à moto à travers Noisy-le-Sec. Quel lien entretient-il avec le titre « J'attends la chance » ?

Léo : Le clip a été réalisé avant la musique. Et finalement, la musique concordait entièrement avec les images. Ça a été un hasard évident.

Tarik : On a filmé un ami à moto. A l'origine, quand j'écrivais le morceau, je pensais déjà à lui. On souhaitait évoquer une échappée, une fuite. On peut dire que l'on a pris le contre-pied de ce que l'on pourrait comprendre par « J'attends la chance ». On n'attend pas, on prend en main nos aspirations, nos désirs.

Le clip a été entièrement réalisé avec un iPhone. Pourquoi avoir choisi cet outil pour le tournage ?

Léo : En fait, on avait l'idée de réaliser un clip avec du vrai matériel. On a commencé par faire des repérages avec l'iPhone. Et puis on s'est rendu compte que les prises de vues fonctionnaient parfaitement et adhéraient à notre identité. Tarik : Aussi, la réalisation du clip se prêtait bien aux paroles du morceau. Pourquoi attendre alors que l'on peut le faire nous-même ? Cette spontanéité nous caractérise.

Avez-vous déjà des concerts prévus ?

Tarik : Non, mais nous sommes en pleine préparation du live. On répète au studio Pigalle et au studio Bleu à Paris. On retravaille avec Bastien qui nous aide beaucoup.

Quels sont vos projets pour l'avenir ?


Léo : Le live sera la prochaine étape. Et puis on avance notre prochain EP qui devrait sortir avant l'été.

Tarik : On travaille aussi l'écriture des prochains clips. Et on réfléchit à l'idée d'un éventuel album... Pourquoi pas.

Par Laura Barbaray.