FOCUS SUR LA PLAYLIST – l'interview de Voyou

FOCUS SUR LA PLAYLIST – l'interview de Voyou

19 décembre 2017

Artistes en floraison - Chaque mois, Radio Néo vous propose de découvrir les nouvelles entrées en playlist. En décembre, l'artiste Voyou, de son vrai nom Thibaud avec le titre « Seul sur ton tandem » est mis à l'honneur.

Tu joues de la trompette depuis ton plus jeune âge. Quelle relation entretiens-tu avec cet instrument ?

C'est un instrument que je connais depuis toujours. Mon père est trompettiste, il était professeur de musique dans un collège et au conservatoire. J'ai un rapport assez familier avec cet objet. J'ai commencé très jeune à en jouer. Et puis au moment de l'adolescence, je m'en suis éloigné, je voulais faire de la musique plus rock. Aujourd'hui, je rejoue de la trompette, j'ai du mal à m'en séparer. J'ai été musicien trompettiste pour le groupe Rhum For Pauline il y a quelques années. Les membres du groupe savaient que je jouais de la trompette au conservatoire, ils m'ont donc proposé de me joindre à eux.

Comment es-tu entré dans le monde de la musique ?

J'ai été musicien pour trois groupes : Rhum For Pauline, Elephanz et Pegase. Ces différents groupes musicaux avait leur label et au fur et à mesure j'ai rencontré plusieurs personnes. Je me suis constitué un petit réseau. C'est notamment grâce à Elephanz (formé en 2008) que je suis véritablement entré dans le monde de la musique. Le groupe de rock commençait à avoir de l'importance à l'époque et j'ai eu la chance de rencontrer du monde influent. Aujourd'hui, je travaille encore avec certains d'entre eux.

A l'écoute du titre « Seul sur ton tandem » aux tonalités pop/synthétique, on ne s'imagine pas un « voyou » chanter... D'où vient ton nom d'artiste ?

Il n'y a pas vraiment une seule et unique explication. Selon moi, tout le monde s'est fait appeler au moins une fois « voyou » de façon amicale par ses parents, sa grand-mère ou un ami. C'est un nom générique, auquel le public peut facilement s'identifier. Mon projet « Voyou », qui date de 2016, est un projet personnel, mais je souhaite toucher tout le monde. Ainsi, garder mon nom et mon prénom sur scène pour faire de la musique ne m'intéressait pas.

Ton premier EP « Seul sur ton tandem » sortira le 26 janvier 2018. Que racontes-tu dans tes chansons ?

Beaucoup de choses différentes. Je parle de l'enfance, de l'ennui, de l'amour, de l'amitié, de la fuite. Encore une fois, mes chansons concernent tout le monde. Trois titres déjà sortis figureront dans l'EP : « Naufragé », « On s'emmène avec toi » et « Les soirées ». Et un tout nouveau morceau, intitulé « Légende Urbaine ». Les textes racontent une histoire, j'aimerais que chacun puisse se retrouver, se reconnaître dans les chansons. Que ça évoque pour chacun un sentiment partagé.

[photo 2] VOYOU_cover

Comment s'est déroulée la fabrication de ton EP ?

J'ai composé mon EP seul avec mon ordinateur, sur le logiciel Logic. J'ai tout composé, tout arrangé moi-même. J'ai également écrit les textes. C'est un processus tout à fait solitaire, donc ! Puis, Julien Delfaut m'a accueilli dans son studio à Paris pour faire quelques reprises de voix et le mixage. A Pornic, dans le studio « La Maison du Futur », j'ai également enregistré quelques prises de son avec des instruments de musique que je ne connaissais pas personnellement, afin d'apporter un peu plus de matière aux musiques.

Quelles sont tes influences musicales ?

Je n'ai pas réellement d'influences musicales précises... Je ne préfère pas un style musical plus qu'un autre, ou une époque plus qu'une autre. J'écoute absolument plein de styles musicaux différents : du rap, de l'électro, du rock, de la chanson française en passant par la musique africaine. Mon père n'écoutait pas tant de musique finalement : il en jouait plus qu'il n'en écoutait à la maison. C'est surtout ma mère et ma sœur qui écoutaient beaucoup de musique : Manu Chao, William Sheller ou encore Michel Fugain. Ma mère adorait la musique latine, aussi ! C'est un mélange de toute cette culture musicale qui a forgé mon propre style aujourd'hui.

Les paroles de « Seul sur ton tandem » sont plutôt douces et mélodieuses. On a même qualifié le titre de « morceau-roman ». Es-tu d'accord avec cette idée ? Qu'as-tu voulu exprimer à travers ce titre ?

Oui, j'essaie de raconter des histoires. Il y a un début, un milieu, une fin avec de la matière. Cependant, je me laisse aller quand j'écris. J'écris pour me faire du bien, j'essaie d'être sincère pour parler à tout le monde. Je raconte une rupture ou un décès, mais de façon douce et sereine. Dans ce sens, j'accompagne chacun dans des moments de vie différents.

Comment a-t-il été composé ?

Pour l'écriture même des textes, je préfère laisser le public s'approprier mes paroles et ne pas révéler ma source d'inspiration. Au niveau de la composition musicale, il y a plusieurs versions différentes : une cinquantaine, pour être franc ! Pendant un an, j'essayais de trouver l'équilibre parfait, l'accord et la ligne mélodique. Les textes sont tristes certes, mais je souhaitais que la musique soit plutôt pop et pétillante. Ainsi, je revenais constamment sur la musique : dès que j'avais une idée, je modifiais les sons, les rythmes, les accords.

Il n'y a pour l'instant pas de clip accompagnant la musique. Un clip est-il prévu pour ce morceau ?

Le clip pour « Seul sur ton tandem » est en cours. Il doit sortir le 26 janvier 2018, en même temps que l'EP. C'est Vincent Castant qui travaille dessus. Il a déjà réalisé des clips pour Polo & Pan, par exemple. Je l'ai rencontré dans le Pays Basque et m'a fait découvrir sa websérie « Ouai j'vois ouai ». Un travail vraiment remarquable ! Ce que je peux dire du clip pour l'instant, c'est que l'on a tourné des vidéos à la mer et on a loué un tandem. Vincent a un univers bien à lui, je lui fais totalement confiance pour la réalisation du clip.

Pourrons-nous assister à tes concerts prochainement ?

La date la plus importante est celle du 9 avril 2018 à la Maroquinerie à Paris. En ce moment, je suis en tournée pour une quarantaine de dates : le 22 décembre pour le Capsule Festival à Lamballe en Bretagne, le 26 janvier à Rouen et le 27 janvier à la Rochelle... Toutes mes dates sont publiées au fur et à mesure sur ma page Facebook.

Quels sont tes projets pour l'avenir ?

Le projet d'un futur album mûrit petit à petit : je commence à enregistrer des nouveaux morceaux !

Par Laura Barbaray.