Husbands

Husbands

C’est à Marseille que l'histoire d'HUSBANDS commence : à mille lieux des enjeux de leurs projets respectifs, trois amis - Mathieu Hocine (Kid Francescoli), Mathieu Poulain (Oh! Tiger Mountain) et Simon Henner (Nasser) - décident d’explorer un nouveau terrain de jeu musical, sans idée préconçue si ce n'est l'envie de se retrouver et de créer ensemble. À l’image du film de Cassavetes auquel ils empruntent leur nom de groupe, HUSBANDS est avant tout l’histoire d’une amitié, où se mêlent humour et sensibilités à fleur de peau. Des premières expérimentations à l'élaboration d'un nouveau projet musical, l'alchimie de ces trois musiciens réunis et leur magie respective ont rapidement permis la mise en boîte de quelques chansons. Et tout est déjà là : le style, le son, le grain, les mélodies... La combinaison de leurs envies respectives se trouve magnifiée dans des chansons uniques et qui leurs ressemblent. La personnalité de chacun est décuplée au contact des autres. Au fur et à mesure qu'ils composent, les possibilités deviennent exponentielles. Désormais en quête de la pop song du futur, le trio avance telle une équipée sauvage chic et choc : avec élégance, désinvolture et détermination. Refusant la nostalgie et le misérabilisme ambiants, ces trois rêveurs écrivent des hymnes incontestablement fédérateurs qui donnent envie aux filles et aux garçons de les suivre jusqu'au bout de la nuit. Pour s'amuser mais aussi pour créer un nouveau monde psychédélique. Fruit de la fusion de leurs trois esprits vifs et prolifiques aux influences variées (bandes originales de films pour Kid Francescoli, électro pour Simon et rock de Tiger), mais s’accordant sur le meilleur de la pop, d’Elvis à Nina Simone, des Talking Heads à Kelis, de Daft Punk aux girl-bands des 60’s, leur musique est riche et kaléidoscopique. Amoureux des sons, ils optent pour des vieux instruments hérités ou chinés à droite et à gauche (mellotron, vieille basse Gibson, micros usés, console Studer,…). Pour le reste, l’aventure est guidée par la spontanéité et les apports de chacun, à la volée. Tout commence souvent par des boucles de Simon, composant à un rythme stakhanoviste et quotidien (sur le modèle du travailleur ardu Michel Berger…) à partir d’un clavier, esquissant une série de motifs. Viennent ensuite s’ajouter les lignes de chant de Mathieu Tiger, qui aura passé sa nuit au studio à fumer des clopes en chantant et grattant sur sa vieille Martin, écoutant Lee Hazelwood ou du reggae. Puis arrivent les lignes de basse, les thèmes sur dictaphone, les synthés de Kid, qui, de retour d’un club au petit matin, aura renouvelé son énergie en baignant dans sa passion pour les productions électro et le monde de la nuit. Progressivement tout s’articule, prend forme, Tiger se préoccupe davantage des paroles et des arrangements, là où Kid et Simon sont responsables des structures et de l’ossature des morceaux. C’est de cette même volonté de plaisir et de déconne, comme une soirée imprévue entre potes qui se transforme en une épopée mémorable, que la rencontre avec Laurent Garnier, Nicolas Galina et Arthur Durigon, tous trois programmateurs du Festival Yeah ! à Lourmarin (Provence) devient décisive. Après les concerts de Kid Francescoli et Oh! Tiger Mountain sur la première édition du festival, Laurent évoque son envie de faire un remix d’un titre d’Husbands. Mais à l’écoute des titres, c’est le coup de cœur intégral : l’équipe du festival décide de monter son nouveau label SLY (Sounds Like Yeah !) dont Husbands sera la première signature, avec la sortie d’un maxi 4 titres "Let me down (don’t)" paru le 11 décembre 2014, incluant un remix de Laurent Garnier, ainsi qu’un autre du groupe Ghost of Christmas. Savoureuse mise en bouche en attendant l’album disponible depuis mars 2015.