Youssoupha

Youssoupha

« Prendre du recul c'est prendre de l'élan » disait MC Solaar. Youssoupha avant de se lancer dans NGRTD a dû prendre du recul. L’immense et inattendu succès de Noir D*** l’a contraint à découvrir puis accepter une nouvelle notoriété. De fait, sa manière d’aborder la musique a également évolué. A l’époque de Noir D**** Youssoupha se libérait des frustrations accumulées avec ses deux précédents albums (A Chaque Frère et Sur Les Chemins Du Retour)salués par la critique mais ignorés par les médias grand public. Cet album était né dans l’adversité (EMI venait de lui rendre son contrat) et se retrouvait au cœur d’une polémique avec le journaliste Eric Zemmour. Youssoupha trois ans plus tard n’est plus cet artiste. Il a vendu plus de 400 000 disques, il a tourné et porté sa musique à travers le monde. Heureusement cet amoureux des mots ne s’est jamais arrêté de coucher sur papier une exaltation ou ses états d’âmes. Aujourd’hui, son message et sa musique sont attendus. Alors Youssoupha a puisé encore plus loin pour donner à son public NGRTD son projet le plus abouti.   

Une chose n’a pas changé : Youssoupha est passionné par le rap en général et l’œuvre de MC Solaar en particulier. Prose Combat est le premier CD de rap français que Youss’ a acheté. Plus de vingt ans plus tard, cet album de Claude MC reste sa référence musicale. Youssoupha note que suite au succès de Qui Sème Le Vent Récolte Le Tempo, Solaar était revenu encore plus fort avec le classique Prose Combat. « C’est le seul rappeur français solo qui a réussi cet exploit » explique cet observateur avisé de la scène rap française. Solaar à l’époque avec Prose Combat réussit le tour de force de proposer un classique rap qui dépasse sa condition de disque « urbain » et parvient à toucher le grand public. C’est une des ambitions avouées et assumées de Youssoupha avec NGRTD. « Je connais mes points forts et surtout je sais où je dois encore m’améliorer » explique-t-il sereinement. La plume de Youssoupha s’est affutée et cela lui donne des ailes. Que ce soit dans l’art de l’égotrip, grâce à ses savoureuses formules, l’exercice de style de Memento inspiré du thriller de Christopher Nolan ou sa revue des maux de l’Afrique dans Black Out, le Lyriciste Bantou est d’une aisance déconcertante tout au long du disque. Youss’ s’est également inspiré du procédé de travail de Prose Combat. « Jimmy Jay le réal’ avait besoin de collaborateurs pour nuancer les palettes et créer une émulation » raconte- t-il. Le réalisateur C.H.I (à qui on doit notamment Les Disques De Mon Père) et Youssoupha vont donc s’entourer de concepteurs musicaux de talent. JBreal, Nodey, Sluzi et Médeline amènent chacun sur NGRTD différentes couleurs musicales qui ne perturbent pas l’homogénéité du projet. Au contraire. Ainsi Salaam découpe un échantillon d’une chanson de Franco un immense chanteur de musique congolaise, Mannshaft qui lorgne vers l’électro a été inspiré par l’énergie du jeune A$AP Rocky, Love Musik avec Ayo a des accents folk, A cause de moi est construit autour d’une boucle de guitare, Smile propose des touches de pop... Résultat ?NGRTD propose une richesse et recherche musicale authentique.   

Il y a plus de cinquante ans Aimé Césaire et Léopold Sedar Senghor les pères de la Négritude avaient un rêve. Ils voulaient redonner une dignité au continent noir et ainsi affirmer l’universalité de l’humanité. Voilà ce qu’essaie d’accomplir Youssoupha avec NGRTD. Youssoupha Mabiki jeune français d’origine congolaise, arrivé en France à 10 ans, diplômé de la Sorbonne veut se servir de sa musique pour proposer un point de vue loin des clichés des uns et des frustrations des autres. Le rappeur veut apporter ce qu’il a de meilleur dans sa culture pour le partager avec les autres. « Les Noirs sont une des identités de la France et ma proposition artistique s’inspire beaucoup de cette identité », confie-t-il. N’en déplaise à certains NGRTD n’est pas une longue complainte qui décrit la condition des Noirs en France : ce n’est que de la musique avec un message positif et lucide. Dans le titre éponyme Youssoupha ne parle que de son parcours et surtout pose la question car il le reconnaît, il n’a pas de réponses ! A vrai dire cela ne l’intéresse pas... NGRTD de Youssoupha n’est quede la love musik.   

Love Musik: c'est l'humeur générale de NGRTD. Une musique passionnée, décomplexée et positive. Youssoupha insiste : "surtout pas naïve mais positive." Car même lorsqu'il aborde des sujets graves on peut entendre le sourire du rappeur tout au long de l'album. Artiste indépendant, gérant de son label, dans la meilleure position de sa carrière, Prim’s et serein. "On nous a conditionnés dans le rap et même dans la société à être en compétition les uns contre les autres" confie-t-il. Youssoupha casse ce schéma avec NGRTD. Par exemple sur Point Commun, le rappeur partage son micro avec les fines gâchettes Lino, Disiz, Alonzo et Sams un artiste Bomaye Musik. Le jeune homme de 35 ans fend vraiment l’armure dans Niquer Ma Vie. Pour la première fois, dans un poignant troisième couplet, il s’adresse à son grand frère incarcéré. Pour le reste, lorsque Youssoupha évoque des sujets personnels (comme Mourir Mille Fois et Maman M’a Dit) il reste dans la retenue et implique son public. NGRTD porte le concept du partage de différentes manières. Entourage, le premier extrait de l’album a été diffusé comme une « chaîne de solidarité sonore » : il suffisait de partager la chanson sur les réseaux sociaux avec trois personnes pour l’obtenir gratuitement.   

Youssoupha reste plus que jamais un maître de cérémonie qui comme on le dirait d’un sportif maîtrise ses fondamentaux. Parallèlement il transcende naturellement cette condition de rappeur pour devenir grâce à NGRTD un chanteur populaire au sens noble du terme. Youssoupha affirme son origine africaine et finalement grâce à son message universel retranscrit la réalité d’une majorité de Français. C’est la signature des grands artistes et ce qui fait de NGRTD un grand album.