Terrenoire

Terrenoire

Terrenoire est un duo. Deux frères, Raphaël et Théo Herrerias. Grands, frisés et impudiques. C’est aussi le nom du quartier où ils ont grandit. Sorte d’Eldorado de la beauté, de destination inconnue, ils interrogent inlassablement, dans leurs morceaux, dans leurs clips, l’existence du Black Paradiso.

Quelque part entre la musique électronique, le hip-hop tellement écouté et la chanson française qui trainait dans la discothèque du père. Les machines du petit frère se baladent vers la lumière, se tirent vers les ombres : productions raffinées, poignantes, émouvantes, elles sont les images du film que racontent les textes.

Le grand, lui, chante comme un point d’interrogation, des histoires de la grande ville, d’excès, de fuites vers les falaises, la voix clame puis se brise, engueule puis supplie. Poèmes réalistes et irréels, les deux frères jouent l’odyssée moderne des gamins qui naviguent entre le lotissement natal et la grande ville. Entre Terrenoire et le Black Paradiso. - Encore inconnu au début du Printemps, ils ont présenté un premier titre, Le Silence, clippé par leur soin (comme touts les autres ensuite).

On les a découvert en live au Printemps de Bourges, puis aux Inrocks Lab, qu’ils ont remporté, ou Rock en Seine. Deux autres titres, Allons Là-bas, et Je Bois Tout Seul sont sortis avant l’été. Ils rejoindront un premier EP de 6 titres qui sortira le 12 Octobre, sur leur propre label, Black Paradiso, porté par une première tournée d’Automne en France, dont à Paris au Festival des Inrocks le 21 Novembre.

Terrenoire, pour mon frère et moi, c’est notre enfance, c’est le nom de notre lotissement. Nous sommes des gamins de province. Nous vivons quelque part entre notre enfance, notre présent et notre paradis. Nous faisons de la musique, tout le temps. Nous faisons des films. Nous tenons des journaux de bord pour nous souvenir du chemin parcouru.

Terrenoire nous y revenons, souvent, comme on retourne dans le passé. La Ville c’est là où nous essayons de faire carrière, nous y vivons comme des poètes-mercenaires devant nos petits ordinateurs. Nous tâchons à travers cette existence, faite de voyages en TGV, de poèmes nécessaires, de musiques poignantes; de transporter nos âmes vers un ailleurs plus lumineux.

Les humains que nous sommes, avons vocation, avant de mourir, de nous fabriquer un paradis sur terre. Un espace où vivre heureux. Le Black Paradiso.