M83

M83

« J'avais mis trop de moi-même dans mon dernier album », confie Anthony Gonzalez, compositeur à l’origine de la sublime architecture sonore de M83, en évoquant la source d'inspiration de son prochain album Junk, à paraître le 8 avril, sur le label Naïve. Attendu avec impatience, Junk n’est pas seulement le premier album studio de M83 en cinq ans. Il s'inscrit dans le prolongement de Hurry up, We’re Dreaming qui, lors de sa sortie en 2011, l’a propulsé sur le devant de la scène internationale. Condensé d’éléments et d’influences d’une pop ultramoderne, épique et futuriste, Hurry Up, We’re Dreaming a été salué comme le chef d’œuvre d'Anthony Gonzalez. Ce disque est également devenu le symbole concret de sa percée populaire véhiculée par le hit international « Midnight City ». D’autres titres d’exception tels que « Outro » et « Wait » tirés de Hurry up ont assuré l’omniprésence pop de M83 et gagné une existence autonome d'accompagnement musical de nombreuses séries TV et bandes originales de films hollywoodiens à succès. Pourquoi donc Anthony Gonzalez voudrait-il rompre avec le style si créatif qui a fait son succès ? Et ce, d’autant plus qu’il se laisse supplanter sur Junk par les apparitions surprenantes de stars comme Beck et Steve Vai. Steve Vai, le légendaire guitar hero dont la virtuosité a défini toute une époque, joue sur un album de M83 ? En 2016 ? Et avec Beck, de surcroît ?