x

Résultats de la recherche

Non classé

le sam, 07/18/2009 - 02:55

La cas Gonzales - II

Nous avons le ok de Gonzales
Nous avons le ok de Gonzales
Première partie de l'article "Le cas Gonzales" Il y a une méfiance naturelle envers les artistes qui veulent attirer l'attention. On y voit facilement du cynisme, de l'arrivisme, un appétit pour l'argent, ce genre de choses. En France, on interprète l'entertainment comme un écran de fumée censé cacher la misère. Mais Gonzales est peut-être celui qui peut nous démontrer que le show a sa place dans le travail d'un musicien. La preuve serait dans ce "coffret" digital que Believe s'apprête à mettre en ligne: 38 titres lives, traces de ce concert fleuve. Et à l'écoute des quelques extraits glanés ça et là sur le net, l'animal est bluffant.

Non classé

le sam, 07/18/2009 - 02:52

Le cas Gonzales - I

[caption id="attachment_1291" align="alignleft" width="220" caption="Gonzales est aussi mime"]Gonzales est aussi mime[/caption] Est-ce qu'il est mégalomane, est-ce qu'il entame une démarche artistique totale dévouée au cynisme envers le monde du spectacle, est-ce qu'il convoite sincèrement le titre de pop-star... Qu'est-ce qui fait courir Gonzales? Pour mémoire, Gonzales était surtout connu des amateurs de musique comme étant un réalisateur d'album à succès (Feist, Katerine, Christophe Willem, Arielle Dombasle) et un musicien inventif à la carrière solo respectée, même si son succès restait relativement confidentiel pour le grand public. Ce qui est sûr, c'est que Gonzo a toujours eu le sens de l'entertainment. Son envie de plaire est flagrante, il ne se cache pas derrière sa musique, il est le centre de son travail. Dès son premier album Gonzales Über Alles, il avait déjà l'air un peu blasé, comme si l'artisanat musical ne lui suffisait pas